Cette page présente les informations que nous avons sur l'implantation d'IKEA dans la zone d'Ametzondo.

Les informations les plus récentes sont en haut de page.

Un magasin IKEA plus petit et une galerie commerciale plus grande !

Au mois de juin, IKEA et InterIKEA ont demandé une modification substantielle de leur projet en CDAC (Commission Départementale donnant les accords pour les commerces), qui a été acceptée : le magasin IKEA fera 1400 m2 de moins, et la galerie commerciale 1400 m2 de plus...

Le magasin Carrefour, au sein de la galerie reste à 5000 m2. La part de m2 pour les moyennes surfaces augmente de 2561 m2, et celle des boutiques diminue de 1161 m2.

En plus de la CDAC, IKEA et Inter IKEA ont déposé une demande de modification du permis de construire. Tant que leur dossier n'est pas instruit par les mairies, on ne peut pas le consulter.

Par ailleurs, sur le chantier, le permis de construire de la galerie commerciale a été affiché.

Et sur le site iicg, la date prévue est dorénavant 2016 (auparavant c'était 2015).

Plus que 8 enseignes publiées sur le site Inter Ikea

Lors de la pose de la première pierre, IKEA a annoncé et publié la présence de 27 enseignes dans sa galerie commerciale. =>Lire le communiqué de presse d'IKEA (enseignes p.26)

Sur son site, IICG (qui gère la galerie commerciale) avait publié également la liste de ces enseignes.

Mais dorénavant, ce nombre a fondu : il n'y a plus que 8 enseignes. =>Voir les enseignes sur le site officiel

Par ailleurs, sur la zone d'Ametzondo, alors que jusque-là seule la zone concernée par le magasin IKEA avait fait l'objet de travaux, ça s'agite sur la zone concernée par la galerie commerciale.

Cependant, au 23 avril 2014, il n'y a toujours aucun affichage légal de démarrage de travaux pour la galerie. Le seul affichage légal concerne le magasin IKEA. Pourtant, une pancarte publicitaire est affichée depuis décembre 2013 : "Votre centre commercial se construit". Impossible donc de savoir si ce sont les travaux de la galerie qui démarrent, ou si c'est juste un aménagement des abords du magasin IKEA.

Photo prise le 23 avril 2014

Le courrier de demande de comité de suivi du chantier

Nous avons écrit au Sous-Préfet, en faisant copie de la lettre aux 3 maires concernés, pour lui demander de mettre en oeuvre une des recommandations du commissaire enquêteur : un comité de suivi de chantier pour que les riverains soient informés de ce qui va se passer, des fortes périodes de nuisances (bruit, vibrations), leurs durées.

Après la pose de la pierre tombale, la pose de la première pierre...

...a eu lieu le 5 décembre , sous protection de la gendarmerie (qui pourtant ne se déplaçait pas quand des riverains lui ont demandé d'intervenir lors des travaux nocturnes -non autorisés- d'IKEA)!

Le PDG d'IKEA, Stefan Vanoverbeke qui était annoncé n'est pas venu. Est-ce à cause de sa mise en examen avec contrôle judiciaire ?

Le projet de galerie commerciale n'a pas l'air de se porter au mieux, selon l'interview publiée par Sud Ouest.

=>Lire l'article de Sud-Ouest relatant la pose de la première pierre

=>Lire l'interview de Sud-Ouest sur le peu de remplissage de la galerie commerciale

La pose de la pierre tombale du 4 décembre 2013

A l'occasion de la cérémonie de pose de pierre tombale à la mémoire du petit commerce bayonnais organisée par Bizi!, l'association Mouguerre Cadre de Vie a déposé une gerbe à la mémoire des terres humides, et prononcé une oraison funèbre.
=>Lire l'oraison funèbre

La gerbe a ensuite été amenée près du site d'Ametzondo.

Le point sur la réglementation sur le bruit

Le chantier d'IKEA est une source de nuisances importantes pour les riverains.

Dans le département des Pyrénées atlantiques, les chantiers ne peuvent se dérouler ni la nuit (c'est à dire de 20h à 7h), ni les dimanches et jours fériés, sauf dérogation accordée par les maires, ce qui n'est pas le cas pour IKEA.

A plusieurs reprises, notamment cet été, le chantier d'IKEA a contrevenu à ces règles, en travaillant de nuit.

=>Lire le document de synthèse sur la réglementation du bruit

La mise en examen du directeur Général d'IKEA

Dans l'affaire d'espionnage de ses employés, trois dirigeants d'IKEA, dont son PDG, Monsieur Stefan Vanoverbeke ont été mis en examen le 19 novembre 2013, et sont sous contrôle judiciaire.

La Société IKEA a également été mise en examen en tant que personne morale, et doit payer une caution de 500.000 euros.

Cette mise en examen n'a pas l'air de remettre en cause la cérémonie de pose de première pierre du 5 décembre, bien que Monsieur Vanoverbeke en soit une des personnalités principales.

=> Lire l'article du Monde du 19 novembre 2013

Pour rafraîchir la mémoire de M. Grenet !

M. Grenet, président du Smaza et de la CABAB (devenue Acba) avait promis au commissaire enquêteur que la zone de l'ex-SAFAM serait entretenue sans être aménagée, pour "prioriser la zone d'Ametzondo".
C'est un des points que nous avons soulevé lors de notre conférence de presse, car M. Grenet ne tient pas cette promesse : un projet est à l'étude pour construire sur la zone de l'ex SAFAM.

En réaction à notre conférence de presse, M. Grenet a dit à France Bleu Pays Basque(journal de 8h du 10/10/2013), que les terrains de l'ex-SAFAM n'ont rien à voir avec la zone d'Ametzondo !
Nous mettons donc ici en ligne le document qui indiquait que la Cabab n'aménagerait pas la zone de l'ex-SAFAM?

Ce document a été établi par le SMAZA (dont le président est M. Grenet), en réponse aux questions posées par le commissaire enquêteur. Ce document est une pièce de l'enquête publique. Suite à ces réponses formulées par le Smaza, le commissaire enquêteur avait émis un avis favorable.

=>Lire l'extrait du document faisant état du non aménagement de la zone de l'ex-SAFAM (p.11 à 13)

=>Lire le document en entier

En complément, voici le schéma hydraulique de la zone :

L'ex-SAFAM est en aval d'IKEA sur le ruisseau du Limpou.

Conférence de presse de l'association du 9 octobre 2013

Pour faire le point de toutes les lacunes sur les règles de prévention des inondations, l'association fait le 9 octobre une conférence de presse. Vous pouvez lire ici le résumé :
=>Lire le résumé de la conférence de presse

Dans les jours à venir, nous allons distribuer dans les boites aux lettres des riverains une brochure expliquant en détail les différents problèmes autour d'IKEA.

Si vous souhaitez recevoir cette brochure, envoyez-nous un mail, nous l'enverrons sous forme électronique.

Nous appelons tous ceux qui veulent rester informés ou nous aider à rejoindre l'association. Faites-le savoir autour de vous !
(notre mail : mouguerrecadredevie@gmail.com)

Deux poids , deux mesures ?

Il semble que les élus admettent enfin ce qui est dit depuis plusieurs années : la pluviométrie a changé, les évènements climatiques violents sont de plus en plus fréquents.

Nous dénonçons depuis le début le fait qu'IKEA ait utilisé des données très anciennes pour calculer le volume de ses bassins de rétention, qui aboutit au fait qu'il manque plus de 1000 m3. De plus, dans son permis de contruire, IKEA tient pour acquis que des travaux seront faits par les communes pour limiter l'inondation de la zone, travaux qui ne sont même pas encore budgétisés, mais qui se chiffrent en plusieurs millions d'euros.

Dorénavant, les particuliers devront faire des bassins de rétention, et garder 30% de pleines terres autour de leur batiment.

=> Lire l'article de Sud Ouest : comment se préparer à une forte pluviométrie ?
Les élus auront-ils les mêmes exigences pour IKEA, qui va bétonner 12ha de zones humides aux portes de Bayonne ?

Photos prises le 9 juin 2013 : la zone IKEA est inondée, la bretelle de sortie de l'autoroute vers Ametzondo fermée pour cause d'inondations, et le quartier du Port de Mouguerre subit de nouvelles inondations. Quand IKEA sera bétonné, c'est toute la réserve d'eau contenue dans 12ha de terres humides qui sera déversée ailleurs...


Et Big Mat a denouveau été inondé, l'école aussi car avec les nouveaux travaux, l'eau de pluie ne s'est pas évacuée...
=>Lire l'article de Sud Ouest du 11 juin : Le Portou déborde

"Seulement" le magasin IKEA ?

Outre les travaux de défrichement, il y a eu des travaux de remblaiement : il est en effet prévu de remonter la hauteur du terrain à 3m NGF pour le mettre hors d'eau (soit environ +1m50 par rapport au niveau actuel).

Cependant, ce n'est pas toute la zone qui a été remblayée : la zone faite semble correspondre au seul magasin IKEA, pas à la zone de la galerie commerciale.
Photo prise le 24 avril 2013 depuis le viaduc d'Ametzondo

Et pour l'instant, aucune nouvelle enseigne n'est annoncée : toujours 18 pour 100.

Et après les travaux de défrichement ? (le 20 mars 2013)

Les travaux de défrichement doivent durer 8 semaines. Ils sont donc quasi terminés. Sur place, la plupart des engins sont effectivement partis, laissant derière eux un spectacle de désolation.


Photo prise le 11 mars 2013

Cependant, les travaux liés au permis de contruire ne vont pas forcément démarrer dans la foulée. On peut en effet se poser des questions après la lecture du compte-rendu du dernier conseil syndical du smaza (du 19 février 2013).
=>Lire le compte rendu du conseil syndical
On y apprend notamment que le permis de construire a été attaqué au tribunal administratif.

Par ailleurs, le site d'Inter IKEA n'affiche toujours que 18 enseignes en plus d'IKEA sur 100 boutiques disponibles.

Les astuces d'IKEA pour alléger sa feuille d'imposition

Alors que nos petites communes dépensent quelques millions d'euros pour aménager un site inondable en site constructible - avec nos impôts locaux- , cet article du Monde rappelle qu'IKEA fait tout pour alléger le paiement de ses impôts en France par différents montages détaillés dans l'article.

Beaucoup de nos petites entreprises basques sont à la recherche de terrains. Pourquoi alors favoriser ces entreprises si peu citoyennes ?

=>Lire l'article du Monde du 14 février 2013

D'ailleurs, la crise profitant pleinement à IKEA (l'année 2012 a été excellente), et le fondateur d'IKEA étant un des hommes les plus riches d'Europe avec une fortune estimée entre 31 et 32 millirads, IKEA n'a aucun intérêt à aider les pays à sortir de la crise...

Le défrichement de la zone d'Ametzondo est fait

Début janvier, presque toute la zone d'Ametzondo a été défrichée. Seule reste la maison et ses abords.

Avec les fortes pluies du mois de janvier, une fois les arbres abattus, tous les riverains ont pu voir à quel point la zone est inondée. Elle retient une grande quantité d'eau qui protège les quartiers voisins.

Quand cette zone sera remblayée à 3 mètres de haut et imperméabilisée, toute cette eau ira ailleurs...

Malgré notre relance auprès du nouveau sous préfet, nous n'avons toujours pas obtenu de réponse écrite sur la position des services de l'état devant l'insuffisance apparente des volumes des bassins de rétention (voir plus bas sur le site).
Ametzondo par temps de pluie (photo prise le 6 février 2013)

Appel du jugement

L'association a décidé de faire appel du jugement prononcé par le tribunal administratif de Pau.

Le coeur de notre recours est le fait que le terrain soit rendu constructible à 30 mètres de l'axe des deux autoroutes A63 et A64 (soit 15 mètres du bord de l'A63), alors que cette proximité peut mettre en danger la santé du personnel qui travaillera dans ce centre. Il est connu que de vivre à proximité des voies à fort trafic fait courir un risque pour la santé, lié à la pollution de l'air. L'OMS a classé les particules émises par les moteurs diesel comme "cancérigènes certains" pour l'homme.
La commune - sur des bases théoriques - affirme que les normes de pollution de l'air ne seraient pas dépassées à 30 mètres de l'axe de l'autoroute A63. Le seul moyen d'en être sûr, ce serait de mesurer correctement les taux de pollution ! C'est ce qu'avait demandé le commissaire enquêteur - et qui n'a pas été fait.

Cet appel n'est pas suspensif, c'est à dire que les travaux peuvent démarrer.

Plus de 4100 personnes exposées à la pollution aux particules PM10 (moteurs diesel) sur la côte basque , le long de l'A63

C'est ce qu'on apprend par une étude faite par Airaq, exposée dans l'enquête publique « Plan de Protection de l'Atmosphère de l'agglomération de Bayonne » qui s'est déroulée du 15 novembre au 17 décembre 2012,

On apprend aussi que :
- pour le NO2 «la surface touchée par un dépassement de la valeur limite représente 1,28 km2, presque exclusivement située le long de l'autoroute A63.»

- pour les particules PM10 «la surface touchée par un dépassement de la valeur limite représente 1,85 km2, le long des grands axes de circulation ce qui représentait environ 4100 personnes.»
Sur cette cartographie des émissions de NO2 sur la cote basque, les zones rouges d'émissions de NO2 dessinent le tracé de l'A63 (photo d'un extrait de l'enquête publique).

L'association a émis une contribution à l'occasion de cette enquête publique :
- demandant que soit rappelé aux communes le principe d'insconstructibilité de la bande de 100 mètres des autoroutes, tant que les niveaux de pollution ne seront pas descendus en dessous des normes réglementaires
- demandant une station fixe et permanente de mesure de pollution de l'air aux abords d'Ametzondo
- demandant à ce que l'association soit associée aux futures réunions de suivi de qualité de l'air.

Dans ses conclusions, le commissaire enquêteur a repris en recommandations ces 3 points. Nous attendons maintenant la décision préfectorale pour voir si ces recommandations seront mises en oeuvre.

Un peu de lecture

Vous pouvez lire le mémoire fait pour son master 1 par une étudiante de l'université d'Angers qui s'intitule "Implantation d'IKEA à Ametzondo : Quels impacts, mutations et enjeux sur le(s) territoire(s) ?" Ce mémoire se base, entre autres, sur une enquête réalisée auprès de 400 personnes de la région. =>Lire le mémoire

Audience sur notre recours contre la constructibilité au bord de l'autoroute le 16 octobre 2012

Lors de l'audience au tribunal administratif, le rapporteur a demandé le rejet de notre requête.
Lors de l'audience, nous avons rappelé la nécessité de respecter un recul par rapport au bord de l'autoroute pour ne pas exposer les employés à une pollution chronique de l'air. Nous avons rappelé qu'en juin 2012, l'OMS (Organisation Mondiale de la santé) a relevé la classification des particules diesel de cancérigènes "probables" à cancérigènes "certains", et que plusieurs spécialistes annoncent que le prochain scandale sanitaire après l'amiante, sera celui des particules diesel.
Avec les nombreuses études épidémiologiques qui prouvent que vivre au bord des voies à grande circulation est un facteur aggravant pour la santé, avec les différents avis de respecter une distance d'inconstructibilité aux abords de l'autoroute (dans notre recours, outre la réserve du commissaire enquêteur, nous avons développé les recommandatiosn des ASF et l'avis de l'ARS), il est anachronique de vouloir aujourd'hui bâtir si près de deux autroutes.

Le jugement sera rendu le 6 novembre.
=>Lire l'article de Sud Ouest sur l'audience

L'actualité sur IKEA, c'est aussi...

- A Caen, où à côté du magasin IKEA ouvert en 2011, Inter IKEA voulait bâtir un centre commercial, les commerçants du centre ville ont déposé un recours devant la CNAC (Commission Nationale d'Aménagement Commercial) et ils ont gagné . En lisant cet article, vous trouverez des similitudes avec la situation de Bayonne:

=>Lire l'article de Côté Caen du 1er juin 2012

- Après une enquête préliminaire, la police a ouvert une enquête juidicaire sur l'affaire d'espionnage des clients et employés dont est soupçonné IKEA :
=>Lire l'article de Libération du 11 mai 2012

=>Lire l'article de Libération du 1 juin 2012 : Conditions de travail : IKEA a perdu la notice

Permis de construire signé

Les 3 maires des 3 communes concernées ont signé le permis de construire, affiché à la date du 29 mai 2012.

Ce permis de construire ne prévoit que 9000 m3 de volume de rétention des eaux de pluie : rien n'a été modifié.

Par ailleurs, notre recours concernant l'exposition des futurs employés à la pollution de l'air en bordure d'autoroute n'est pas encore jugé.

=>Voir le permis de construire d'IKEA à Ametzondo

Les réponses d'IKEA et du SMAZA sur le problème des inondations

Dans le rapport des commissaires enquêteurs, il y a les réponses données par le Smaza et IKEA sur les très nombreuses remarques formulées.

Sur le chapitre des inondations, nous avons eu le détail de certains calculs et des travaux prévus qui renforcent nos craintes.

Entre autre, il y a des problèmes liés aux calculs du volume des bassins de rétention des eaux de pluies tombant sur la nouvelle zone imperméabilisée.
Premier problème :
Les calculs des volumes des bassins de rétention ont été faits à partir des statistiques de Météo France s'arrêtant en 1999. Or, en 2006, Météo-France a revu ses statistiques.
En effet, le climat change et les phénomènes pluvieux dits exceptionnels sont de plus en plus fréquents : des pluies d'une violence telle qu'elles se produisaient tous les 100 ans en 1999 sont en 2006 jugées "trentennales" (elles reviennent tous les 30 ans).

Nous avons demandé lors de l'enquête publique quels seraient les volumes à retenir calculés à partir des nouvelles statistiques.
La réponse est qu'il faut 10 324 m3.
Or les bassins présentés dans le permis de construire ne font que 9000 m3. Ces 9000 m3 sont par ailleurs présentés par IKEA comme étant « surdimensionnés » , car le calcul exact avec les anciennes statistiques donne 8245 m3.

Il manque donc 1 324m3.

=>Lire la réponse d'IKEA sur les calculs avec les nouvelles statistiques

Deuxième problème
Pour rappel, les obligations de protection sont, en fonction des PLU et POS des communes :
- communes de Saint Pierre d'Irube et de Mouguerre : période de retour des pluies T = 50 ans
- commune de Bayonne : période de retour des pluies T = 10 ans

Pour que la protection soit sur des pluies de 50 ans pour Mouguerre, le calcul prévoit qu'il faut stocker 495m3. Cependant, ces eaux sont stockées dans les mêmes bassins que ceux de Bayonne qui n'impose qu'une pluie de 10 ans.
Quand la pluie aura une fréquence de plus de 10 ans, les bassins seront remplis par les eaux de pluie au-delà de ce que prévoit Bayonne comme protection réglementaire, et cela empiètera sur le volume prévu pour Mouguerre : dès que la pluie sera plus forte qu'une pluie de 10 ans, les 495 m3 ne seront plus disponibles pour assurer la protection de Mouguerre. C'est bien sûr la même chose pour St Pierre, qui, de fait, ne bénéficiera pas de son volume de protection.

La seule façon de réellement respecter les PLU de Mouguerre et de Saint Pierre, c'est d'appliquer à Bayonne un calcul sur des pluies de 50 ans. Sinon, les volumes calculés ne seront pas disponibles quand surviendront les pluies de 50 ans.
=>Lire la technique de calcul d'IKEA

Si on applique à Bayonne un calcul sur des pluies de 50 ans, c'est au minimum 2000 m3 qu'il faut rajouter aux bassins de rétention.

L'avis de la commission d'enquête (fin mars 2012)

Suite à l'enquête publique, les commissaires enquêteurs ont rendu leur conclusion : un avis favorable, assorti de 7 recommandations .

Les conclusions et le rapport en entier sont consultables en mairie. Sous forme électronique, vous trouverez ici lesv avis et conclusions motivées :
=>Lire les avis et conclusions motivées de la commission d'enquête

Les commissaires enquêteurs ont notamment repris les thèmes que nous avons soulevé dans leurs recommandations : problèmes d'inondation, de pollution de l'air au vu de la proximité des autoroutes, de la circulation automobile, et du bruit.

Ce ne sont malgré tout « que » de recommandations, c'est à dire que les communes n'ont pas d'obligation de les respecter. La balle est donc dans le camp des élus, qui décideront d'en tenir compte ou non.

Les mairies vont peut être très rapidement délivrer le permis de construire. Cependant, les travaux ne peuvent pas commencer avant le 1er septembre, du fait que sur les zones humides, il est impossible de démarrer les travaux maintenant.

Par ailleurs, le recours que nous avons lancé en juin 2011 sur la constructibilité du terrain à 30 mètres du bord des autoroutes (et la pollution de l'air) n'est pas encore jugé, et il nous semble sage pour les communes d'attendre qu'il le soit avant d'autoriser le lancement des travaux.

La contribution de l'association à l'enquête publique (24 février 2012)

L'association a déposé dans les registres de Mouguerre sa contribution le 24 février. La phase de consultation du public est dorénavant terminée. Les commissaires enquêteurs devraient rendre leur rapport environ fin mars.

En introduction, nous avons rappelé le recours non encore jugé sur la constructibilité du terrain (et la dérogation à 30 mètres), en demandant que le permis ne soit pas délivré, ou que les travaux ne commencent pas, tant que le jugement n'est pas rendu par le tribunal.

=>contribution : historique

Nous sommes opposés à ce projet, le site d'Ametzondo étant totalement inadapté.

La lecture de la nouvelle étude d'impact renforce encore notre opposition au projet : en cause, les nuisances importantes pour les riverains (bruit, circulation, parking), le risque d'inondation et la perte irrémédiable de plusieurs hectares de zones humides, réservoir naturel d'expansion des crues, la promiscuité aux autoroutes qui fait courir aux futurs employés un risque pour leur santé et les dégâts sur l'environnement, faune et flore.
Par ailleurs, nous déplorons l'absence d'une étude indiquant le nombre d'emplois créés, et le nombre de transferts.

De très nombreuses erreurs et imprécisions ou omissions sont présentes dans plusieurs chapitres, ce qui complique la lecture de l'étude d'impact et surtout prive d'informations essentielles. En effet, à chaque fois qu'il y a une erreur ou une lacune, on se demande quelle en est sa portée sur la suite des calculs ou mesures présentés, et au final, au lieu de pouvoir réfléchir à une contribution qui rendrait le projet plus supportable, nous avons passé plus de temps à essayer de reconstituer des informations ou à les comprendre.

Toutes ces imprécisions, insuffisances, incohérences et/ou erreurs relevées ont nui à notre information. Nous le regrettons.

Et pourtant, nous avons utilisé tout le temps imparti à l'enquête publique, en travaillant chez nous grâce aux documents dont nous avions eu une copie assez rapidement après le démarrage de l'enquête. Nous y avons consacré beaucoup de temps, mais malgré cela, nous n'avons pas pu étudier sérieusement certains chapitres.

Nous posons donc des questions sur les différents chapitres étudiés afin d'essayer de lever nos nombreuses interrogations, mais nous n'aurons malheureusement pas la possibilité en fonction des réponses données de contribuer à l'amélioration du projet, ce qui pourtant est le but de l'enquête publique.

Devant les nombreux défauts des études présentées, nous demandons aussi que certaines études soient refaites, avant que le permis ne soit accordé (sur le bruit, et sur la pollution de l'air). Sur les inondations, il semble que la réglementation ne soit pas respectée pour Mouguerre, ce qui devrait rendre nécessaire de nouveaux calculs sur les volumes de rétention.

Voici donc chapitre par chapitre contre contribution :

=>Les emplois

=>Le bruit

=>La pollution de l'air et l'impact sur la santé des employés

=>Le risque d'inondation et l'assainissement

=>La pollution des sols et la destruction des milieux humides

=>Le CO2, les embouteillages, et l'architecture du projet

Quelques réflexions supplémentaires sur l'enquête publique en cours

=>Sur les inondations
=>Sur les embouteillages et les parkings
=>Sur les emplois
=>Sur la protection de la faune et sur le changement climatique
(Sur le bruit et la pollution de l'air, voir les articles ci-dessous).

Les études sur la pollution de l'air de la nouvelle enquête publique

Les communes autorisent la construction à 30 mètres de l'autoroute, ce que nous contestons (pour accorder cette dérogation, et contrairement à ce que le commissaire enquêteur avait demandé dans sa réserve émise à l'occasion de la précédente enquête publique, les communes n'ont fait aucune mesure de qualité de l'air, voir plus bas sur le site...).

Les études présentées par IKEA dans sa nouvelle étude d'impact sur la pollution de l'air sont surprenantes: d'une part, le taux maximum réellement mesuré est de 89 µg/m3 de NO2 (la valeur réglementaire à ne pas dépasser est de 40 µg/m3). Mais d'autre part, pour faire un calcul d'impact sur la santé, au lieu de s'appuyer sur valeurs mesurées, ce sont des estimations qui sont faites, donnant un taux de 9 µg/m3 ! Soit des estimations qui partent d'un chiffre 10 fois moindre que celui mesuré !

Les employés ne vont pourtant pas respirer un air estimé, mais un air réel....

Nous allons donc à nouveau interpeller la mairie et le préfet sur la manière dont ont été conduites ces études.

=>Voir un rapide résumé des études sur la pollution de l'air

Pour aller plus loin (les documents de l'étude d'impact sont consultables en mairie):
=>Notes sur la conférence de presse faite par l'association le 8 février 2012
=>Extrait étude impact sur les mesures de pollution de l'air
=>Extrait des estimations sur la pollution de l'air servant de base à l'imapct sur la santé
=>Extrait du calcul des impacts sur la santé

Les études sur le bruit de la nouvelle enquête publique

Voici les premiers éléments de réflexion de l'association (vous pouvez bien sûr aller consulter les documents en mairie) :

- Le trafic actuel sur l'A63 est de 2814 véhicules/heure en provenance du Sud. Le projet va rajouter en moyenne 800 veh/h sur l'A63 (page 227 et 229) (40 à 60 % de la clientèle viendra du Pays basque Sud selon les jours), ce qui correspond à une augmentation de 28 %. Ce sera encore plus les jours et les heures de pointe - mais suite à une erreur de l'étude d'impact (page 231), cette donnée n'est actuellement pas connue.

- L'augmentation du bruit n'a été étudiée "que" sur Mouguerre : rien sur St Pierre, où pourtant des maisons sont très proches de l'autoroute, et rien sur l'ensemble de l'A63 alors que tous les riverains seront impactés par cette augmentation (de Biriatou jusqu'à Mouguerre).

- Sur la côte de Mouguerre, l'augmentation du bruit en heure de pointe le samedi sera de 3 à 6 db, ce qui est beaucoup . Une augmentation de 3 db, c'est la source de bruit qui a été multipliée par 2.

- Les mesures de bruit ont été faites en période de travaux (décembre 2010), mais les conditions de circulation ne sont pas précisées (vitesse autorisée des voitures ? nombre de files ? etc...) En plus, dans les annexes de l'étude d'impact (p.452), il y a une chute inexpliquée du bruit mesurée vers 17h au niveau de l'un des 3 points pris en référence...

Les conclusions de l'enquête sont surprenantes : ils annoncent
- une augmentation de 3db maximum, alors que toute la zone orangée est entre 3 et 6 db
- que l'augmentation du bruit reste réglementaire, c'est à dire en dessous de 5 db en heure de pointe avec un correctif possible dont ils ne disent rien sur les conditions de son application (pourtant on est entre 3 et 6 db...)

=>Voir en plus grand la carte d'émergence du bruit
=>Voir la page de conclusion sur le bruit

Nouvelle enquête publique à partir du 23 janvier 2012

L'enquête publique liée au dépôt du permis de construire d'Ikea va avoir lieu du 23 janvier 2012 au 24 février.
Vous pouvez consulter les dossiers et inscrire vos remarques dans les registres présents dans les mairies de Mouguerre, Saint Pierre d'Irube et Bayonne pendant les heures d'ouverture des mairies.
Certains jours, les commissaires enquêteurs sont présents.
=>Lire l'avis d'enquête, avec les dates de permanences des enquêteurs

Le recours de notre association contre la délibération de la mairie de Mouguerre est toujours en cours d'instruction. Cette délibération rendait constructible le terrain à 30 mètres de l'autoroute (au lieu des 100 mètres réglementaires, et alors que les ASF ont recommandé, lors de l'enquête publique d'élargissement de l'A63 , de ne pas construire dans la bande de 100 mètres de part et d'autre de l'autoroute, conformement à l'article L111.1.4 du code de l'urbanisme).
Voici le texte exact :
"Enfin, et ce, conformément à l'article L111.1.4 du code de l'urbanisme, il est recommandé aux communes de prévoir en dehors des espaces urbanisés l'insconstructibilité dans une bande de 100 m de part et d'autre de l'autoroute. Une telle mesure, qui concerne une bande très exposée à la pollution atmosphérique, serait de nature à réduire les risques sur la santé humaine".
Repris plus loin par :
"Enfin, et ce, conformément à l'article L111.1.4 du code de l'urbanisme, il est recommandé aux communes de prévoir en dehors des espaces urbanisés l'insconstructibilité dans une bande de 100 m de part et d'autre de l'autoroute. Une telle mesure, qui concerne une bande très exposée à la pollution atmosphérique, serait de nature à réduire l'excès de risque collectif".

=>Voir le premier extrait de la DUP de l'A63
=>Voir le deuxième extrait de la DUP de l'A63

Comme ce recours n'est pas suspensif, le projet peut continuer, avec sa nouvelle étape importante qui est cette nouvelle enquête publique.

Comme lors des 2 enquêtes publiques de l'été 2010, il est important d'aller y participer. Grâce aux remarques laissées dans les registres, nous avions obtenu des recommandations et une réserve.

Les avis laissés dans les registres se traduisent en questions que le commissaire enquêteur pose aux mairies, et donc cela permet d'essayer d'éclairicir certains points, et de pointer les responsabilités à venir, par exemple, vis à vis des inondations.

En effet, la plupart des problèmes soulevés lors des deux précédentes enquêtes sont toujours d'actualité :
- sur les inondations, la protection se fait contre des pluies trentennales seulement, alors que les phénomènes pluvieux dits exceptionnels se font de plus en plus fréquents.
- sur les embouteillages, le bruit, la sécurité des collègiens et écoliers très proches du futur centre commercial et toutes les nuisances liées à la fréquentation du centre commercial.
Ikea sera ouvert jusqu'à 22h et le dimanche. Ils annoncent 8 millions de visiteurs par an !
- sur le manque de transports en commun pour tous les habitants des communes "Nive Adour", qui seront piégés tous les jours par les embouteillages, le soir notamment (l'heure de pointe d'arrivée sur Ikea est vers 17h/18h, concommittante des sorties du travail)
- sur l'implantation du centre en bord d'autoroute, qui est dangereuse pour la santé des employés soumis à une exposition chronique (et pour celle des clients en cas d'alerte pollution, avec des problèmes respiratoires exacerbés pour les personnes dites "fragiles").

Dès que l'enquête publique démarrera, nous aurons accès aux documents techniques, et dans les jours suivants, nous publierons notre analyse sur ces documents.

Les deux premières études d'impact parlaient de 500 emplois. A peine terminées ,on nous a annoncé 8 millions de visiteurs et de plus de 1000 emplois.
Les impacts sur l'environnement et le voisinage ont donc sans doute été minimisés lors des 2 premières enquêtes publiques.

Le BAB2 dépose un recours contre la CDAC

La décision prise en CDAC (commission départementale d'aménagement commercial) est contestée par Unibail-Rodamco (propriétaire du BAB2) qui a déposé un recours devant la commission nationale.

=>Lire l'article de Sud Ouest du 9 septembre 2011

Les différentes étapes administratives (le point au 8 juillet)

Le recours déposé au tribunal n'étant pas suspensif, le dossier suit son cours administratif, technique et commercial.
Rappelons cependant que, en plus du recours au tribunal concernant notamment la dérogation pour construire à 30 mètres de l'axe des autoroutes, le dossier est loin d'être terminé, puisque :
- le préfet n'a toujours pas donné son accord concernant la "loi sur l'eau", c'est à dire l'autorisation de remblayer les 9 ha de zones humides protectrices vis à vis du risque d'inondation des quartiers déjà urbanisés avoisinants
- une nouvelle enquête publique doit avoir lieu lors du dépôt du permis de construire

Vous pouvez donc consulter :
- La décision de la CDAC (commission départementale d'aménagement commercial) qui approuve l'ouverture du centre commercial. Sur les 8 "oui", 4 sont des représentants du Smaza (Mrs Grenet, Iriart, Hirigoyen et Etchegaray). Il eût été étonnant qu'ils votent "non"...Le recours est possible dans un délai de 1 mois, auprès d'une commission nationale (donc très vite !).
=>Lire la décision de la cdac

- la déclaration de projet du Smaza, prise en séance le 4 mai et publiée à la mi-juin. Il y est réaffirmé que "la qualité de l'air n'est pas compromise par la proximité des voies de circulation". Ce serait bien le premier endroit au monde où l'air de bordure d'autoroute ne serait pas pollué...
On y apprend également que le smaza va suivre les recommandations du commissaire enquêteur sur les travaux à faire sur le giratoire près du collège, et également les études d'impact de bruit. Les remarques déposées dans les registres lors des enquêtes publiques ont donc en partie porté leurs fruits.
=>Lire le pv de la réunion du smaza

- Le dépôt du permis de construire par IKEA Il a donc été fait le 28 avril, et doit faire l'objet d'une nouvelle enquête publique. Pour le moment, il n'est donc pas consultable par le public. En attendant, IKEA lance ses appels d'offre, notamment en faisant appel à la concurrence au niveau européen (pour la partie magasin IKEA, pas encore pour le centre commercial), sous forme d'un avis de concours dans le journal officiel de l'union européenne. Les plombiers seront-ils polonais ?...
=>Lire l'avis de concours paru au JO de l'union européenne le 30 juin 2011

La nouvelle plaquette commerciale d'IKEA

Vous remarquerez le nombre impressionnant de boutiques, et également de cafés et restaurants, réunis dans un "food court" : le principe est que vous allez acheter au comptoir ce qui vous intéresse (votre plat ou sandwich à un endroit, votre dessert ailleurs) et les tables sont communes à tous ces points de vente.Rude concurrence en perspective, et conditions de travail des employés bien peu enviable.
=>Voir la nouvelle plaquette d'IKEA et de son centre commercial

Le point sur IKEA (réunion de l'association du 18 mai 2011)

En réunion de l'association, nous avons fait le point sur les différents éléments nouveaux liés à IKEA.

Petit rappel : le commissaire enquêteur a émis une réserve lors de l'enquête publique demandant à vérifier, par des mesures in situ, que la pollution de l'air n'excède pas les valeurs réglementaires (40 µg/m3 pour le NO2) puisqu'il est demandé une dérogation pour construire à 30 mètres de l'axe de l'autoroute, au lieu des 100 mètres règlementaires. Le SMAZA a levé la réserve en utilisant des données fantaisistes, et notre association a écrit au préfet, et à la mairie (sous forme de recours gracieux) pour contester cette levée de réserve.

- Le préfet nous a répondu. Concernant le taux de pollution en bordure d'autoroute, il remarque que le taux théorique de pollution est loin des seuils d'alerte. Il y a donc une confusion entre la pollution aigüe  pour laquelle le seuil est de 200 µg/m3 de NO2 (c'est ce qu'on appelle les pics de pollution qui peuvent provoquer des troubles respiratoires, mais qui sont réversibles, c'est-à-dire que une fois retourné dans un air non pollué, les symptômes disparaissent) et la pollution chronique (seuil de pollution à 40 µg/m3, où après une exposition de longue durée, le mal est fait, même si on retourne dans un air non pollué). Pour les employés du centre commercial, c'est bien sûr à une pollution chronique qu'ils seront exposés , la pollution aigüe étant possible ausi.

- Le préfet nous signale que néanmoins, il demande au SMAZA de demander à IKEA de faire ces mesures de pollution de l'air, et de prendre les mesures constructives en conséquence. Or IKEA a déposé son permis de construire le 28 avril , et vu le peu de temps imparti, nous avons demandé au préfet de confirmer que sa demande avait été bien prise en compte (les mesures en moyenne annuelle de NO2 s'étalent forcement sur plusieurs semaines).

- Nous avons eu des éléments nouveaux en consultant l'enquête publique de l'élargissement de l'autoroute. En effet,les ASF lors de leur enquête publique, ont recommandé aux communes de ne pas construire dans la bande de 100 mètres. En effet, leurs calculs montrent que la proximité de l'autoroute provoque des risques sur la santé, qu'ils sont capables de quantifier. Il y a notamment un risque accru de cancers des poumons et des fosses nasales.

- Nous avons donc décidé d'écrire à nouveau à Mr le Préfet pour lui amener ces nouveaux éléments.

- La commune n'a pas répondu à notre demande de recours gracieux contestant la manière dont la réserve a été levée. Nous poursuivons donc la procédure auprès du tribunal administratif.

Le document de présentation d'IKEA montré en conférence de presse

Dans ce document, vous verrez les plans, les différents espaces commerciaux, les façades, et les chiffres annoncés....

=>Voir le document d'IKEA

La réaction des commerçants bayonnais, et celle d'Anglet, tous très inquiets

Les emplois d'Ametzondo seront bien sûr des emplois pour beaucoup transférés : pour Carrefour à partir du Carrefour Market de St Pierre (amené à être très réduit en surface), et pour les boutiques d'Ametzondo à partir des boutiques du centre ville ou du BAB2.

Les commerçants ont donc fait leur propre conférence de presse :
=>Lire l'article du Journal du Pays Basque du 6 avril (commerçants bayonnais)

Et la ville d'Anglet réagit aussi :
=>Lire l'article de SO (ville d'Anglet) du 6 avril
=>Lire l'article de SO du 7 avril

Conférence de presse d'Ikea (4 avril 2011)


La dernière maquette présentée par IKEA (publiée par Sud Ouest)

Ikea confirme donc un centre commercial de 80 boutiques, plus 12 "moyenne surface" et un Carrefour de 5000 m2.

En fait, cette conférence de presse n'annonce rien, car le projet comme il est présenté est connu depuis longtemps.

Et le préfet n'a toujours pas donné son autorisation pour rendre constructible cette zone inondable, ni de réponse concernant la levée de la réserve par le SMAZA (concernant la pollution de l'air à 30 mètres de l'autoroute).

C'est sans doute une conférence de presse "pour occuper le terrain"...

=>Lire l'article de Sud Ouest suite à la conférence de presse d'IKEA

=>Lire l'article de eitb

=>Lire l'article de l'AFP publié dans le Figaro

=>Lire l'article de Sud Ouest du mardi 5 avril (avec des chiffres différents de ceux de la veille dans le même SO concernant l'offre en boutiques

Au sujet de la pollution de l'air

Un article de Sud Ouest du 7 mars, nous apprend qu'à Bordeaux, la pollution de l'air fait perdre 5 mois d'espérance de vie.

=>A Bordeaux, la pollution fait perdre 5 mois d'espérance de vie à ses habitants

Les remous récents des commerçants autour d'IKEA

La presse se fait l'écho depuis quelques temps de la prise de conscience des commerçants de Bayonne et du BAB (BAB2, et Leclerc) du profond déséquilibre économique que va engendrer l'implantation d'IKEA et de son centre commercial. Ce n'est pas le magasin IKEA qui pose problème aux commerçants, mais le centre commercial attenant.

En plus de ces inquiétudes, il s'avère qu'à 8 km par l'autoroute d'Ametzondo, à Ondres, un autre gigantesque centre commercial est prévu (et encore un autre à Saint Geours de Marennes)

=>Lire l'article de Sud Ouest du 25 février sur le projet à Ondres

Voici quelques commentaires :

- Quelque soit l'intérêt du débat sur les enjeux économiques et commerciaux, cela ne change rien à la problématique du choix du site : il reste toujours un site inondable, inconstructible jusqu'ici. Sa proximité à l'autoroute en fait un endroit où le risque sanitaire pour les employés reste élevé. De plus, les embouteillages prévus sur cette zone, loin d'un accès aux transports en commun, vont créer pour tous les habitants transitant par ce secteur des nuisances quotidiennes.

- Il faut une nouvelle fois se méfier des chiffres annoncés. Les emplois prévus à IKEA sont de 250, auxquels il faut ajouter 250 emplois dans le centre commercial .
Nos élus annoncent à ce sujet parfois 700, parfois 1000, parfois 1100... Ce ne sont pas bien sûr tous des emplois créés, puisqu'il y aura de nombreux emplois transférés (pris à des enseignes déjà existantes sur le BAB). Aucune étude n'est présentée permettant de mesurer la réelle création d'emplois.

- Pour calmer la grogne des commerçants, Mr Grenet, Maire de Bayonne, tout en annonçant une diminution de moitié du nombre de boutiques (de 140 boutiques à 70 boutiques : voir interview du journal télévisé de France 3 Euskal Herri), annonce une surface commerciale de 65 000 m², soit 5000 m² de moins seulement que le projet initial... (qui était de 70 000 m², comme indiqué dans la brochure d'IKEA que vous pouvez voir plus bas).
Et on serait dorénavant à 1100 emplois , c'est à dire 100 emplois de plus qu'annoncés par Mr Grenet lui-même au démarrage du projet (1000 emplois), alors que le dossier offficiel en annonce 500...
Ce qui compte en terme de concurrence commerciale, c'est le nombre de m². Si la surface reste quasiment la même et que le nombre de boutiques diminue , c'est juste que les boutiques sont plus grandes...

- Il y a une surenchère entre voisins. Il y a eu à ce sujet une interview édifiante du nouveau directeur de la Chambre de Commerce de Bayonne, qui nous explique que soit on récupère les consommateurs des régions voisines, soit on laisse notre territoire aller vers l'extérieur : la vision économique d'équilibre entre production et consommation locales a encore des progrès à faire...

=>Lire l'article de Sud Ouest du 11 février : Où Mr Grenet annonce que le projet de centre commercial serait revu à la baisse
=>Voir l'interview de Mr Grenet au journal télévisé de France 3 Euskal Herri : choisir l'édition du 22 février

=> Voir l'interview du président de la Chambre de Commerce au journal télévisé de France 3 Euskal Herri : choisir l'édition du 8 février

=>Voir la plaquette d'IKEA, avec son plan

Compte-rendu sommaire de la réunion de l'association du 7 février

Nous avons décidé de lancer un recours gracieux auprès de la mairie, afin qu'elle retire la délibération rendant constructible la zone d'Ametzondo.

En effet, nous n'avons toujours pas la réponse du préfet sur :
- la manière dont la réserve sur la pollution de l'air a été levée par le SMAZA
- son avis sur les risques supplémentaires d'inondations sur les quartiers environnants, du fait de l'imperméabilisation de 15 ha supplémentaires de cette zone, dont le rôle naturel est d'être une zone d'expansion des crues.

Cette démarche (le recours gracieux) nous laisse la possibilité d'intenter dans 2 mois si nécessaire un recours au tribunal administratif, en fonction des éléments nouveaux qui vont venir d'ici là et notamment en fonction des décisions du préfet.

Le reportage de France 3 Euskal Herri sur Ametzondo... nostalgie, nostalgie...

En début de journal mardi 8 février, le journal télévisé de Euskal Herri reparle d'Ametzondo, pour dire que le préfet n'a toujours pas donné son avis.

Vous verrez en début de reportage des images filmées en 2006, et des images filmées aujourd'hui...

Le saccage et le déboisement y sont vraiment criants.

Ametzondo filmé en mai 2006                     Ametzondo en février 2011

=> (lien réparé )Voir la video du journal : choisir l'édition du 8 février 2011

Quoi de neuf à Ametzondo

Le préfet n'a toujours pas donné son avis sur l'enquête "Loi sur l'eau", remise le 10 septembre. Sans doute le dossier n'est-il pas si simple que ce que les élus favorables au projet ont voulu nous faire croire.

Il semblerait d'ailleurs que l'eau stagnante en permanence au bout du viaduc côté collège ne peut pas s'évacuer, car en fait, elle correspond au niveau de la nappe phréatique. On voit mal alors comment IKEA va pouvoir construire ses bassins de rétention, ou si ils le font, on imagine bien que cela va faire remonter le niveau de la nappe partout ailleurs...

- IKEA a sorti de son site internet la brochure de commercialisation de son centre commercial, où l'on voit l'offre en boutiques, l'hypermarché alimentaire et les nombreux restaurants.

Celà est sans doute dû à la pression des commerçants du centre ville et du BAB, qui prennent conscience du danger.

- les délibérations des communes rendant Ametzondo constructible sont exécutoires depuis le 13 décembre (pour Mouguerre notamment).
Nous avons donc jusqu'au 13 février pour contester ces délibérations. Comme le préfet n'a pas encore pu se prononcer ni sur notre courrier contestant la manière dont la réserve a été levée par le SMAZA sur la dérogation pour construire à 30 mètres de l'autoroute, ni sur les risques d'inondations des quartiers avoisinants, nous allons donc devoir lancer les procédures contentieuses sans pouvoir attendre son éventuelle intervention.

Où la presse reparle d'IKEA...

Il y a quelques années, IKEA avait été ébranlé par une enquête concernant le travail des enfants dans les pays du tiers monde fabriquant les meubles de l'enseigne.

Aujourd'hui, une nouvelle enquête faite par la télévision suédoise dénonce le fait qu'IKEA aurait fait fuir ses capitaux vers des paradis fiscaux afin de ne pas payer les impôts dus.
=>Lire l'article du journal Le Monde du 27 janvier 2011

IKEA pas si sûr ?

Après les déclarations de Monsieur Grenet début décembre annonçant le dépôt du permis de construire en janvier 2011, voilà qu'il revient à plus de prudence.

En décembre, nous avions réagi pour dénoncer cette précipitation, notamment vis-à-vis de la levée de la réserve, indispensable à faire, et du fait que Mr le Préfet n'a toujours pas remis son avis par rapport au fait que le terrain est inondable (et inondé...).(voir un peu plus bas sur le site).

Lors de ses voeux à la CABAB, le discours a été plus prudent...Il parle dorénavant de négociations avec IKEA concernant son forum commercial, et évoque le fait qu'il pourrait ne pas venir.
Il faut dire que des obstacles se dressent :

- il y a bien sûr notre demande auprès du préfet d'intervenir par rapport à la manière dont la réserve est levée. Le dossier est en cours d'instruction à la DREAL. Nous attendons la suite pour si nécessaire ouvrir un contentieux au Tribunal Administratif.

- il y a aussi que, enfin, certains commencent à réaliser le déséquilibre économique qui va avoir lieu pour les boutiques du centre et du BAB2, qui vont subir une très forte concurrence. En effet, d'un magasin IKEA annoncé en 2006, on est passé à un magasin IKEA avec un centre commercial comprenant un hypermarché alimentaire, de nombreux restaurants et des boutiques.
=>Voir la plaquette d'IKEA, avec son plan


Une sorte de nouveau BAB2...(et sans transport en commun, piégeant ainsi les habitants de Mouguerre et du canton Nive Adour, prisonniers d'un seul mode de circulation (la voiture), les avenues le long de l'Adour et de Cam de Prats ne permettant pas de mettre en place un transport en commun avec des voies réservées).

- et nos voisins landais, qui annoncent eux aussi de gigantesques centres commerciaux. Notamment à Ondres (8 km seulement de Bayonne) avec un Auchan, dont on sait qu'il est habituellement associé à IKEA.

Alors Monsieur Grenet s'inquiète, mais quand il nous dit qu'IKEA irait à Irun, si il ne s'installait pas à Bayonne, il oublie peut-être de signaler qu'il pourrait aussi s'installer à Ondres. Il dit vouloir négocier, comme si il découvrait aujourd'hui le vrai projet : un IKEA ETun centre commercial.

Bref, les grandes manoeuvres continuent.... =>Lire l'article de Sud Ouest reprenant le propos de Monsieur Grenet

L'association interpelle Mr le Préfet pour corriger les "erreurs" de la levée de la réserve

Petit rappel pour ceux qui auraient manqué les épisodes précédents : Il y a une réserve émise par la commissaire-enquêteur, demandant de mesurer la pollution de l'air à 30 mètres de l'autoroute pour vérifier que la réglementation y est respectée (puisque les communes demandent une dérogation pour construire le centre commercial à 30 mètres de l'autoroute, au lieu des 100 mètres règlementaires).
Ignorant totalement l'esprit de la réserve qui demande des vérifications in situ le SMAZA exhume de l'enquête publique des ASF (pour l'élargissement de l'autoroute) des chiffres, (30 µg de NO2) et ils y ajoutent un autre calcul théorique de la pollution générée par le sur-trafic automobile directement lié à IKEA (8 µg) : total : 38 µg.


L'enquête publique des ASF, dont le SMAZA récupère les données pour la levée de la réserve n'est plus disponible en mairie.
Nous avons cependant pu la récupérer grâce à une association amie, et nous avons constaté que les données théoriques annoncées pour lever la réserve sont elles aussi fausses, comme l'est aussi le chiffre du au sur-trafic d'IKEA.

Pour résumer : la levée de la réserve se fait avec des calculs reprenant des données fausses.

Et si on récupère les bonnes données, on s'aperçoit que le taux de pollution à 30 mètres de l'autoroute dépasse largement la valeur règlementaire maximum (qui est 40 µg/m3).

Et on s'en doutait un peu, vu l'important trafic sur la A63, et vu que les dernières mesures in situ en bordure de l'autoroute donnent un taux de pollution de 101,9 µg/m3 de NO2.

A la réunion du 20 décembre 2010, l'association a donc décidé d'écrire un courrier à Monsieur le Préfet, pour contester la levée de la réserve. Nous en avons adresé une copie aux maires des 3 communes concernées.

La pollution ne se voit pas, mais elle est très dangereuse : des études médicales montrent un surmortalité importante des personnes vivant en bordure d'autoroute, le NO2 attaquant la fonction pulmonaire.
De plus, la pollution décroît rapidement en s'éloignant de l'autoroute : 30 mètres, c'est vraiment trop près, 100 mètres (la limite normale), c'est aussi assez près d'un point de vue pollution, mais c'est déjà mieux (bien que encore trop pollué).

Il est inconcevable de vouloir construire si près de l'autoroute. Le choix du site d'Ametzondo n'est vraiment pas adapté à l'implantation d'un centre commercial !

=>Lire la lettre écrite au Préfet

=>Voir l'extrait de l'enquête publique des ASF, mesures faites en 2002 sur une autoroute pas encore élargie : le taux de NO2 est de 30 à 35 µg/m3 (zone jaune), voire 35 à 40 µg/m3 (zone orange) , avec une moyenne à 35 µg/m3 à 100 mètres de l'autoroute( donc plus élevée à 30 mètres).

=>Voir l'étude d'Airaq de 2009 mesurant un taux de 101,9 µg/m3

=>lire l'extrait de l'enquête publique d'Ametzondo, indiquant le taux de 10,7 µg/m3

=>Lire la note du SMAZA qui, d'après eux, permet de lever la réserve

Et en complément, la formulation de la réserve faite par la commissaire-enquêteur dans la remise de son rapport, demandant les mesures in situ :
=>Lire la formulation détaillée de la réserve par la commissaire

L'incroyable manipulation pour lever la réserve...

Il y a une réserve émise par la commissaire-enquêteur, demandant de mesurer la pollution de l'air à 30 mètres de l'autoroute pour vérifier que la réglementation y est respectée (puisque les communes demandent une dérogation pour construire le centre commercial à 30 mètres de l'autoroute, au lieu des 100 mètres règlementaires).

Ignorant totalement l'esprit de la réserve qui demande des vérifications in situ le SMAZA exhume de l'enquête publique des ASF (pour l'élargissement de l'autoroute) des chiffres, extrapolés à partir de mesures faites en 2002 (30 µg de NO2) et ils y ajoutent un autre calcul théorique de la pollution générée par le sur-trafic automobile directement lié à IKEA (8 µg) : total : 38 µg.

Ouf ! (nous font-ils croire) La limite règlementaire est de 40 µg à ne pas dépasser...

Sauf que....

- Ils se sont trompés de chiffres ! Le projet IKEA va générer 10,7 µg de NO2 (d'après l'enquête publique)
et 30 + 10,7 = 40,7 µg !

- les derniers relevés officiels font état :
de 101,9 µg en bordure d'autoroute
de 72 µg par exemple au rond point d'Ametzondo

IKEA et son centre commercial devant se situer entre l'autoroute et le rond-point, on voit mal le taux de pollution brusquement descendre à 30 µg !
Seules des mesures sur le site peuvent permettre de vérifier le respect de la règlementation !

Nous n'allons bien sûr pas laisser faire...La santé des employés du centre commercial ne peut pas ainsi être traitée à la légère !

=>Lire la note du SMAZA qui, d'après eux, permet de lever la réserve

=>lire l'extrait du document écrit par le SMAZA en réponse aux remarques formulées dans les registres sur la pollution de l'air(le SMAZA lui-même y cite le chiffre de 10,7 µg de NO2 en valeur émise par le projet, à lire sur la 2ème page de cet extrait).

Ca se passe en Russie :....Ikea ébranlé par un scandale

Le 14.12.2010 : "De nombreux défauts, comme le recours à des intervenants tiers «utilisant des méthodes de corruption» ont été découverts dans la gestion des magasins Ikea en Russie. Des défauts de construction dans plusieurs centres commerciaux construit par Ikéa en Russie ainsi que dans l'obtention de permis de construire ont également été relevés." ...lire sa suite

Monsieur Grenet annonce le dépôt du permis de construire d'IKEA pour janvier 2011

Or, l'avis du préfet concernant l'enquête publique "Loi sur l'eau" n'est pas encore connu, et il y a une réserve à la deuxième enquête publique qui , tant qu'elle ne sera pas levée revient à émettre un avis défavorable.

Nous sommes donc surpris de tant de précipitation, d'autant qu'IKEA a encore repoussé sa date d'ouverture à 2014 (aux toutes premières annonces, l'ouverture était prévue en ...2009 !)

=>Voir l'article de Sud ouest du 7 décembre 2010

=>Lire le communiqué de presse en réponse émis par l'association le 8 décembre 2010

Petite promenade à Ametzondo

Après deux jours d'averses, le spectacle est désolant : les "bassins de rétention", qui ont du mal à se vider, transforment la zone en terrain vague, qui risque de devenir rapidement insalubre.
=>voir l'image en plus grand (bout du viaduc côté collège)

=>voir l'image en plus grand (bout du viaduc côté collège, en regardant vers A64)

=>voir l'image en plus grand (vue du haut du viaduc)

Les conclusions de la deuxième enquête publique font l'objet d'une réserve et de deux recommandations

Depuis quelques jours, les résultats de la deuxième enquête publique (mise en conformité des PLU des 3 communes) est disponible en mairie.

L'avis est favorable, mais avec une "réserve" : les communes sont tenues de suivre cette réserve dans leurs documents d'urbanisme (alors qu'elles peuvent passer outre une recommandation, d'un point de vue légal).
La réserve concerne la dérogation à 30 mètres et la pollution de l'air : l'enquêtrice demande que soient faites des mesures de la qualité de l'air "in situ", à 30 mètres de l'autoroute, pour vérifier que les normes règlementaires ne seront pas dépassées. Pour nous, il va de soi que ces études n'auront de sens que si elles sont représentatives de la circulation présente sur l'autoroute une fois élargie, avec des mesures dans les conditions hivernales et surtout estivales, quand la circulation est la plus dense, et les conditions d'évacuation des polluants plus difficiles.
Nous espérons que nos élus seront attentifs à la bonne mise en place de ces mesures.

Par ailleurs, il y a deux recommandations : une demandant que les travaux du giratoire sud (celui en bout de viaduc près du collège) soient faits en même temps qu'IKEA (nous avions soulevé des problèmes d'embouteillage et de sécurité des collègiens), et l'autre demandant que les études de bruit soient faites au-delà de la zone étudiée jusque là, c'est à dire jusque sur la Côte de Mouguerre, à Bel-Air et Heguieder (ce qui était aussi une demande forte de notre part et de celle des riverains).

Entre les deux enquêtes, finalement, de nombreux thèmes qui posent des problèmes ont été repris, soit sous forme de réserve, soit de recommandations.

Nous allons bien sûr être très vigilants sur la suite donnée à ces enquêtes, mais nous constatons que la mobilisation et les remarques des citoyens n'ont pas été vaines !

=>Voir les conclusions de la 2ème enquête

L'ouverture d'IKEA retardée à 2014 et le plan du centre commercial

Est-ce une conséquence de l'enquête publique et des demandes d'études hydrauliques supplémentaires?
On ne sait pas, mais sur le site officile d'IICG (la filiale d'IKEA qui gère la construction des nouveaux magasins), l'ouverture est retardée de 2013 à 2014.
=>Voir la page du site iicg

Sur ce site, vous pouvez télécharger la brochure commerciale du futur IKEA et de son centre commercial (la date d'ouverture n'y a pas encore été modifiée).
Vous pouvez y voir IKEA, les 7 400 m2 d'un hypermarché et la très nombreuse offre en restaurants à l'étage(dans IKEA même mais aussi tout une série d'emplacements réservés : couleur orange et jaune sur le plan). Les restaurateurs du BAB et de notre canton vont avoir une sacrée concurrence...
=>Voir un extrait de la brochure reprenant les plans

Le rapport du commissaire enquêteur "Loi sur l'eau" est disponible

Dans un premier temps, n'étaient consultables en mairie que les conclusions du commisaire enquêteur, mais depuis le 8 octobre, les annexes de cette conclusion sont également disponibles (initialement absentes, "parce que trop volumineuses", nous les avons demandées et elles sont arrivées une dizaine de jours après).

C'est donc un avis favorable, avec une recommandation. La recommandation formulée est la suivante :
"Il est indispensable que les études conduites, tant par le SMAZA que par les ASF, soient menées à terme et que des améliorations concrètes soient apportées en matière de protection et de prévention vis à vis des inondations dans le secteur d'Ametzondo et et en particulier pour le quartier du Port."

Les services de la préfecture ont demandé au SMAZA de lancer une étude hydraulique. C'est une bonne chose.
Ce qui est moins bien, c'est que le projet IKEA ne soit pas bloqué en attendant. En fait, le SMAZA et le commissaire enquêteur réfutent le fait qu'IKEA viendra aggraver la situation, car pour eux, il ne s'agit pas du même bassin versant, et ils font confiance aux calculs faits pour démontrer qu'IKEA ne changera rien à la situation...

C'est exactement le même discours que tenaient les ASF quand on leur prédisait des inondations... On voit le résultat.

La lecture des réponses données par le SMAZA aux questions formulées par le commissaire grâce aux remarques laissées par les citoyens dans les registres est "intéressante". C'est dans les documents "annexes" qui manquaient initialement.

On peut lire de la part du SMAZA que :
- "pour répondre aussi à des préoccupations qui ont été aussi formulées, certaines personnes qui trouveraient que leur bien est trop souvent inondé et qui voudraient s'en défaire, pourraient avoir intérêt à solliciter des acheteurs potentiels (collectivités ou opérateurs privés) qui n'auront pas les mêmes préventions vis-à-vis du risque d'inondation. "

Est-ce à dire que ce sont le riverains qui doivent décider s'ils courent un risque ? On peut penser que sur la pression des assureurs, ils vont devoir "solliciter des acheteurs potentiels". Est-ce qu'on est pas face à des expropriations "cachées" par des ventes "volontaires" ?
Il faut quand même redire que le Quartier du Port a subi des inondations exceptionelles, liées aux travaux des ASF. Ils n'avaient pas fait construire leurs maisons dans des zones inondées de cette façon.

- A la question : "Compte-tenu de la multitude d'intervenants sur cette zone (Etat, Département, SMAZA, Communautés de Communes, Communes, ASF, IKEA, .), qui serait responsable en cas d'inondations catastrophiques ?"
La réponse du SMAZA est :
"Il n'est pas possible de répondre à cette question, la « responsabilité » s'appréciant in concreto et non pas de manière doctrinale. S'agissant « d'inondations catastrophiques », on devra toutefois faire la part des choses entre l'élément déclenchant, qui sera toujours une pluie exceptionnelle, et des facteurs aggravant dépendant de l'action humaine. Mais on ne doit pas non plus éliminer totalement la fatalité.

Les inondations consécutives à des remblaiements de zone en amont : on ne peut pas appeler ça de la fatalité. =>Lire les conclusions du commissaire enquêteur

La consultation publique du rapport des enquêteurs a pris du retard

Les enquêtes publiques sur IKEA ne sont toujours pas disponibles pour le public en mairie, à mi-septembre.

Par voie de presse, on a cru comprendre que l'enquête "Loi sur l'eau" donnait un avis favorable, avec cependant des recommandations. Les différentes remarques laissées par les uns et les autres dans les registres n'auront pas été vaines. Cependant, on n'a pas encore le détail, tant que le dossier n'est pas consultable.

L'autre enquête, dont le rapport devait être disponible le 29 août a également pris du retard, le SMAZA n'ayant pas pu répondre aux différentes questions soulevées par l'enquête pour cause de congés .... Le rapport est dorénavant attendu pour fin septembre environ, soit au minimum un mois de retard. C'est sûr que faire une enquête en plein été n'est sans doute pas le meilleur moment, y compris pour les citoyens qui voulaient participer !

L'inauguration du nouveau viaduc

=>voir l'image en plus grand
A cette occasion :

- Nous avons appris que Monsieur Iriart, maire de St Pierre d'Irube et Conseiller Général du canton, s'inquiète de ce que les travaux hydrauliques n'ont pas été prévus par les ASF. On s'en inquiète aussi, et on aurait voulu que tous s'en inquiètent quand il en était encore temps, c'est à dire lors des enquêtes publiques, y compris lors de celle d'IKEA.

Comment peut on continuer à vouloir construire sur cette zone, alors que Mr Iriart dit "qu'il est toujours dans l'attente de la présentation d'un système d'évacuation efficace des eaux de ce site". ?

=>Lire l'article de la semaine du Pays Basque
=>Lire l'article de Sud Ouest sur l'inauguration du viaduc
=>Lire le deuxième article de Sud Ouest sur le même sujet

- On vous propose un jeu de recherche d'erreur entre la photo de l'article de l'inauguration, et la photo que nous avions prise sur le chantier des ASF et que nous avions annexée à notre contribution à l'enquête publique pour dénoncer que les travaux d'accès au forum commercial étaient engagés :

=> Chercher l'erreur

=> Solution du jeu....

La délibération prise par les conseils municipaux

La procédure de l'enquête publique "Loi sur l'eau" prévoit que les communes sur le territoire desquelles le projet a lieu doivent émettre un avis en conseil municipal.

Les 3 communes (Bayonne, St Pierre et Mouguerre) ont donc émis un avis favorable : le texte des 3 avis est strictement identique, sauf pour la commune de Mouguerre qui a rajouté en fin d'avis ces 2 phrases, témoignant ainsi que les protestations des riverains ont été partiellement entendues (l'avis émis est cependant favorable, un avis défavorable aurait donné beaucoup plus de poids à la demande... Seuls les 2 groupes d'opposition de Mouguerre ont voté contre) :

"Au-delà de ce dossier, le conseil municipal souhaite également attirer l'attention des services de la police de l'eau sur un réexamen approfondi du fonctionnement hydraulique du secteur eu égard aux conditions dans lesquelles les dernières inondations, et notamment celle du 17 juin 2010, sont survenues dans un environnement modifié par les travaux autoroutiers des ASF.
En outre, il est souhaitable qu'une expertise hydraulique soit menée vis-à-vis de la problématique de l'inondabilité du quartier du port de Mouguerre; celle-ci pourrait être conduite sous l'égide du SMAZA auquel revient la compétence d'aménagement de la zone."

=> Lire la délibération du conseil municipal de Mouguerre
=> Lire la délibération de Bayonne (texte strictement identique hormis les 2 dernières phrases) : aller p.68 du document (ordre du jour n°30 du conseil municipal du 22 juillet 2010)

Les enquêtes publiques : analyse des documents

Deux enquêtes publiques ont eu lieu en parallèle en juillet 2010
- une enquête dite "Loi sur l'eau" devant permettre de faire des travaux sur les cours d'eau
- une enquête permettant de modifier les PLU des 3 communes concernées, la zone étant actuellement non constructible.

Celà a représenté une énorme quantité de documents à analyser en très peu de temps. L'association a rendu une contribution à l'enquête publique. Nos principales demandes sont :

- la demande d'une expertise indépendante par rapport aux travaux hydrauliques prévus dans le cadre des travaux des ASF, avant de rendre la zone constructible (15 ha prévus pour IKEA, c'est à dire une 15aine ha supplémentaires imperméabilisés), permettant de clarifier les responsabilités à venir pour les prochaines inondations des quartiers environnants. Le quartier du Port, sur des endroits jamais inondés auparavant, a été inondé 3 fois consécutivement (sept 2009, nov 2009 et juin 2010) avec plus de 60 cm d'eau depuis le démarrage des travaux des ASF. Il faut savoir aussi que le site d'IKEA va être remblayé à 3 m d'altitude, c'est à dire 1,50 m de remblai par rapport au niveau actuel sur la moitié du site .

- la demande d'une étude d'impact de bruit et de pollution sur le quartier concerné par la déviation du trafic d'IKEA (3400 voitures /heure le samedi) du giratoire Nord (au bout du viaduc côté Mouguerre) vers le giratoire 6 (c'est à dire vers Heguieder et la côte de Mouguerre);

- la demande de prévoir et de budgétiser des compensations par rapport au bruit pour les riverains (rien n'est prévu pour l'instant) : double vitrage, goudron anti bruit, barrières végétales etc...

- une meilleure information sur la demande de dérogation de construire à 30 mètres au lieu de 100 mètres de l'autoroute (100 mètres, c'est la réglementation nationale). Il semble que le projet nécessite d'être à seulement 30 mètres, ce qui va poser des problèmes de sécurité, de reboisement des abords de l'autoroute entre autres;

- la demande d'intégrer d'emblée les travaux nécessaires au niveau du giratoire Sud (celui en contrebas du nouveau collège près du nouveau viaduc), pour y résorber les embouteillages prévus (140 voitures en attente sur le viaduc et 40 en provenance de Bayonne) et y assurer la sécurité des collégiens (continuité de la piste cyclable) pour qui la sortie du collège correspond à l'heure de pointe d'arrivée des clients vers IKEA;

- la demande d'intégrer la desserte en transport public et le parc relais de bout de ligne de transport public dans le projet d'emblée (pour l'instant, la desserte en transport en commun est demandée par le SMTC - Syndicat qui gère les transports en commun sur Bayonne - mais elle n'est pas prise en compte car la demande serait arrivée trop tardivement !
- diverses demandes de modifications dans le PLU prévu (notamment sur les émissions lumineuses la nuit).

Vous pouvez lire ci-dessous notre contribution, qui est découpée en 6 parties :
=>lire l'introduction

=>lire nos commentaires sur les inondations

=>lire nos commentaires sur le calcul des crues

=>lire nos commentaires sur les nouveaux accès et les travaux déjà engagés

=>lire nos commentaires sur les transports en commun

=>lire nos commentaires sur la modification du PLU et la demande de dérogation à 30 mètres

En complément à ces commentaires, nous avons joint pour les enquêteurs des photocopies des documents suivants :
=>Délibération du SMAZA du 10 juillet 2009 demandant aux ASF de faire par avance les travaux d'accès à IKEA
=>la convention passée avec les ASF pour engager les travaux
=>La délibération de la communauté de Communes du 17 03 2010, où on apprend la création d'une surface commerciale de 5000 m2, qui inquiète les élus de St Pierre pour l'avenir du centre commercial de St Pierre.

Le projet IKEA à Ametzondo : présentation générale : la zone d'Ametzondo

=>voir l'image en plus grand
En jaune : la limite des communes
En blanc : la limite du SMAZA

C'est une zone à cheval sur 3 communes : Mouguerre, St Pierre d'Irube et Bayonne.
Elle est gérée par le SMAZA : Syndicat Mixte d'Aménagement d'Ametzondo.

Aux 3 communes fondatrices du SMAZA se sont substituées la CABAB (Communauté d'Agglomération de Bayonne Anglet Biarritz) et la Communauté de Communes Nive Adour.

Le président du SMAZA est Mr Grenet, Député - Maire de Bayonne.

L'aménagement autoroutier d'Ametzondo

Les ASF font des travaux sur cette zone pour permettre de raccorder les deux autoroutes (A 63 et A 64) directement par des systèmes de bretelles sans passer par le rond point actuel qui est donc amener à disparaitre.

=>voir l'image en plus grand

Le schéma de modifications autoroutiers présentés dans l'enquête publique de 2008 par les ASF

En fait, les travaux réalisés diffèrent de ceux exposés en enqête publique ASF. En juillet 2009, le SMAZA a en effet demandé aux ASF de faire des modifications par rapport à l'enquête publique des ASF. Ces modifications sont exposées dans l'enquête publique d'IKEA. Elles consistent à :
- déplacer vers le Nord le giratoire Nord (celui au bout du viaduc côté Mouguerre)
- créer une déviation permettant de contourner le giratoire Nord pour diriger les voitures allant à IKEA vers un nouveau giratoire (appelé giratoire 6) et à créer une 2 fois 2 voies entre ces 2 giratoires (il n'était prévu qu'une voie simple).
- créer le giratoire 6

=>voir l'image en plus grand

Schéma des travaux réellement réalisés

Le trafic de voiture attendu le samedi est de 3440 voitures / heure. Ces voitures sont donc dirigées vers le nouveau giratoire (giratoire 6), c'est à dire qu'elles passeront en contrebas du quartier Heguieder.

Ces modifications décidées de manière anticipées, sans attendre le résultat de l'enquête publqiue d'IKEA sont choquantes, car d'autres solutions d'accès à IKEA existent, et qui auraient eu moins de répercussions sonores pour les habitants situés au dessus de la nouvelle 2 fois 2 voies.

Le projet IKEA à Ametzondo : implantation

=>voir l'image en plus grand

La définition du projet dans l'enquête publique

La surface supplémentaire imperméabilisée par rapport aux travaux déjà faits par les ASF sera de 15 hectares. Le projet comprend la zone commerciale elle-même, ainsi que la nouveau giratoire (giratoire 6 déjà construit) et la voie d'accès à partir du giratoire 6.

Le projet prévoit un magasin IKEA et un centre commercial attenant à IKEA qui hébergera une centaine de magasins, dont une grande suface alimentaire de 5000 m2.

IKEA, qui a acquis les terrains auprès d'un particulier et auprès des communes et du conseil général pour la (très) modique somme de 10 euros le m2, gère totalement le centre commercial par l'intermédiaire de la société "iicg" (Inter Ikea Center group) et en retirera tous les bénéfices.IKEA louera donc le centre commercial, à des enseignes dites partenaires.
La gestion de ce centre commercial échappera donc totalement aux communes.

Les maquettes

=>voir l'image en plus grand

La maquette d'IKEA et du centre commercial de jour (d'après le site internet de iicg)
=>voir l'image en plus grand

La maquette d'IKEA et du centre commercial de nuit (d'après le site internet de iicg)

Et l'argent ??? ...

- Les dépenses d'argent public : 5 451 040 euros
Ces dépenses se décomposent ainsi :
74 640 euros : acquisition foncière (auprès d'Hexagone Développement Immobilier pour permettre la création de la 3 ème voie d'accès)
3 568 400 euros : création des voies d'accès
150 000 euros : travaux hydrauliques
160 000 euros : dévoiement réseau
1 498 000 euros : mesures compensatoires
- déplacement parking covoiturage, modelage des berges
- vison d'Europe et loutre : financement de sauvegarde d'une zone sauvage sur Bayonne

- Les entrées d'argent

La vente de terrains publics : somme dérisoire (10 euros le mètre carré...)

Les impôts fonciers : 1 150 000 euros en tout pour l'ensemble des 3 communes.
Ces impôts sont encaissés par chaque commune, en proportion de l'emprise au sol sur la commune : très peu pour Mouguerre, surtout touchée par les voies d'accès.

La taxe professionnelle: 1 220 000 euros
Comme chacun sait, la taxe professionnelle n'existe plus, et elle sera remplacée, mais on ne sait pas trop comment. Par contre ,elle sera encaissée par moitié par la CABAB (Bayonne, Anglet Biarritz) et par moitié par la Communauté de Communes Nive Adour : il y a donc un grand effet "dilution" pour Mouguerre.

- Les emplois
Les emplois attendus sont de 250 pour IKEA et 250 pour le centre commercial. Aucun calcul n'est présenté poure estimer la création réelle, et la part d'emplois en fait détruits dans les enseignes concurrentes (Casto, Leroy Merlin, But, Confo etc..., et la surface alimentaire de Carrefour Market de St Pierre d'Irube).